La gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations

Sancy-separateur-vert-vague

La compétence GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) est
définie par l’article L211-7 du code de l’environnement.

La GEMAPI regroupe les 4 missions suivantes :

  • L’aménagement d’un bassin ou d’une fraction de bassin hydrographique
  • L’entretien et l’aménagement d’un cours d’eau, canal, lac ou plan d’eau, y compris les accès à ce cours d’eau, à ce canal, à ce lac ou à ce plan d’eau
  • La défense contre les inondations et contre la mer
  • La protection et la restauration des sites, des écosystèmes aquatiques et des zones humides ainsi que des formations boisées riveraines.

GEMAPI A POUR OBJECTIFS

La préservation et la restauration du bon fonctionnement des milieux aquatiques et la prévention et la protection des enjeux humains contre les impacts des inondations.

Affichant une volonté politique forte basée sur les cours d’eau élément fédérateur de notre territoire pour les activités touristiques (ski, thermalisme, baignade), le service GEMAPI met en œuvre des études et travaux ayant pour objectifs :

  • L’atteinte du bon état écologique des cours d’eau et des milieux aquatiques : cela se traduit par des actions de gestion de la végétation de berges, de restauration de la franchissabilité piscicole, de zones humides, plans d’eau etc… Sont concernés les sources des rivières Dordogne ainsi que les sources des Couzes et l’ensemble de leurs affluents.
  • La prévention et la protection face au risque d’inondation : un Programme d’Actions de Prévention des Inondations (le PAPI) vise à réduire ce risque par la réalisation d’aménagements (bassins écrêteurs, systèmes d’alerte locaux de crue), et d’actions d’entretien des cours d’eau, de sensibilisation des scolaires, de pose de repères de crue…

 

La Communauté de Communes du Massif du Sancy a repris les engagements des dépenses faites avant le 1er janvier 2018 par des syndicats de communes, ce qui l’a amenée à mettre en place une taxe « GEMAPI » à hauteur de 10 € par habitant, afin de prévoir des travaux d’entretien et d’aménagement pour réduire les risques d’inondations.

RÉFLEXION EN COURS SUR L’EXERCICE DE LA COMPÉTENCE

Contrairement aux autres compétences de la communauté de communes, la GEMAPI intervient à l’échelle du bassin-versant hydrographique et donc au-delà des découpages administratifs des territoires. Les actions de préservation ou d’aménagement des milieux aquatiques mises en œuvre par les différents acteurs se doivent d’être cohérentes sur la totalité du bassin-versant.
Ainsi, la Communauté de Communes du Massif du Sancy mène actuellement une réflexion portée à l’échelle de plusieurs communautés de communes / agglomérations qui touchent 3 départements. Plusieurs études en cours concernent le bassin versant de la Dordogne. Elles visent à déterminer le périmètre de gestion le plus cohérent, la forme de gouvernance locale la plus adaptée mais aussi les missions précises de chaque intervenant et les modalités de financement.

ECO-PÂTURAGE

Dans la traversée urbaine de La Bourboule, les berges de la Dordogne sont colonisées par une espèce végétale envahissante : la renouée du Japon.Son éradication est extrêmement difficile d’autant plus que la fauche de cette plante peut contaminer les outils utilisés et qu’elle peut alors s’implanter sur d’autres sites.
C’est pourquoi la Communauté de Communes Massif du Sancy, avec le soutien de l’Agence de l’eau Adour Garonne, a décidé de mettre en place de l’éco-pâturage à titre expérimental. Cette technique naturelle consiste à faire pâturer les renouées du Japon par des chèvres.
Le site retenu dans un premier temps est celui des berges de la Dordogne, derrière les Grands Thermes, sur la commune de La Bourboule.

Programme d’Actions de Prévention des Inondations

Sancy-separateur-vert-vague

Les PAPI (Programmes d’Actions de Prévention des Inondations) sont des outils de stratégie de gestion du risque Inondation.

EPIDOR avait porté un premier PAPI sur la période 2008-2012, qui mettait l’accent sur la connaissance et la culture du risque. Différentes actions ont été engagées pour mieux appréhender les risques et sensibiliser les acteurs du territoire : différentes études et retours d’expérience, pose de repères de crue, réalisation d’un grand livre sous forme de BD, film diffusé sur le territoire…

Dans la continuité de ce travail, un second programme avait initialement été engagé sur la période 2015-2019. Les différents volets de gestion sont couverts : connaissance et culture du risque, surveillance et prévision, alerte et gestion de crise, prise en compte dans l’aménagement du territoire, réduction de vulnérabilité, ralentissement des écoulements, gestion des ouvrages de protection.

L’animation de ce second PAPI se fait en lien avec les 4 TRI (Territoires à Risque Important d’Inondation) identifiés sur le bassin de la Dordogne : Tulle-Brive-Terrasson, Périgueux, Bergerac et Libourne.

Comme cela avait été envisagé, ce PAPI 2 a été révisé en cours de route. Des actions ont été ajoutées, certaines ont été réorientées, et le programme a été prolongé jusqu’en 2022 avec notamment :

  • Une étude des problématiques d’inondation sur la Bourboule
  • Une étude et la mise en place d’un dispositif local de prévision sur la Dordogne amont (Le Mont- Dore / La Bourboule)